Selon l'investisseur belge, l'immobilier profite de la taxe sur les comptes-titres

Selon l'investisseur belge, l'immobilier profite de la taxe sur les comptes-titres

Analyse de Peter Vanden Houte, Chief Economist ING Belgique

Dinsdag 19 december 2017 — Le Baromètre des Investisseurs mesure chaque mois la confiance des investisseurs particuliers belges. En d'autres termes, il exprime le « sentiment des investisseurs ». Cette enquête, menée par TNS, est une initiative d’ING en collaboration avec l’Université de Gand et les quotidiens L’Echo et De Tijd. L’enquête se déroule en ligne.

En novembre, le Baromètre des Investisseurs d'ING reste encore et toujours au beau fixe. Pas moins de 16 % des investisseurs belges envisageraient d'investir dans le Bitcoin, bien que ce soient surtout les jeunes qui en prennent l'initiative. Pour l'investisseur belge, il est clair que la taxe sur les comptes-titres fait le jeu des investissements immobiliers. Malgré la surévaluation de l'immobilier, beaucoup d'investisseurs y transfèreraient une partie de leurs actifs s'ils parvenaient ainsi à se soustraire à la taxe sur les comptes-titres.

Le Baromètre des Investisseurs d’ING enregistre un recul jusqu'à 114 points en novembre (après 121 en octobre), mais il reste largement au-dessus du niveau neutre de 100 points. Ce qui est malgré tout une indication claire que l'investisseur belge considère encore et toujours les marchés financiers avec confiance. Le moral reste au beau fixe en ce qui concerne les bourses. Ainsi, 32 % des sondés anticipent une hausse boursière au cours des prochains mois, tandis que 18 % s'attendent à une correction. Cela fait seize mois d'affilée que les optimistes boursiers sont majoritaires. Les faibles taux d'intérêt continuent de pousser les épargnants vers les investissements. Par exemple, 22 % des sondés estiment le moment opportun pour investir dans des actifs plus risqués (23 % ne sont pas d'accord). Près d'un tiers d'entre eux osent recommander des investissements dans des actifs moins risqués (12 % ne sont pas d'accord). Bien que les obligations puissent encore compter sur 21 % de partisans, 30 % déconseillent de tels placements.

Bitcoin

L'enquête du Baromètre des Investisseurs d’ING montre clairement que le Belge ne dédaigne pas les jeux de hasard. Ainsi, 16 % des répondants disent qu'ils envisageraient d'investir dans le Bitcoin. Pour plus de clarté : si 51 % ne veulent pas en entendre parler, 16 % reste malgré tout une partie non négligeable des investisseurs belges. Surtout les jeunes semblent être sous l'emprise de la mode du Bitcoin. Pas moins de 34 % des investisseurs de moins de 35 ans envisageraient de faire leur début dans cette monnaie virtuelle.

L'immobilier profite de la taxe sur les comptes-titres

Le débat sur la taxe sur les comptes-titres est loin d'être terminé. Environ 30 % des investisseurs belges pensent que cette taxe rend les investissements immobiliers plus intéressants (23 % ne sont pas de cet avis). Plus de Belges auraient même probablement recommandé cette piste s'ils n'avaient pas estimé que le niveau actuel des prix de l'immobilier est déjà très élevé. Pas moins de 68 % des sondés estiment que l'immobilier est trop cher. À peine 7 % d'entre eux ne partagent pas cet avis. Mais en dépit de prix trop élevés, 42 % seraient prêts à déplacer une partie de leurs actifs vers des investissements immobiliers, si cela leur permettait d'échapper à la taxe sur les comptes-titres. Seulement 18 % ne suivraient pas cette voie. L'image du Belge prêt à tout essayer pour éviter de payer un impôt se confirme ici, même si les risques qu'il prend pourraient bien lui coûter plus cher.

 

Peter Vanden Houte Chief Economist
julie kerremans Media Relations Manager (Spokesperson) at ING

Follow ING on