Skip to Content
Près de 6 Belges sur 10 utilisent moins d’argent liquide que l’année dernière

Près de 6 Belges sur 10 utilisent moins d’argent liquide que l’année dernière

Selon une étude d’ING, le cash reste populaire pour les petites dépenses alimentaires et argent de poche

Bruxelles - L’utilisation d’argent liquide était déjà en baisse avant 2020 et la pandémie de Covid-19 semble avoir accentué cette tendance. Près de 6 Belges sur 10 déclarent qu’ils utilisent moins d’argent liquide en 2020 que l’année dernière. De plus, la moitié des Belges sont plus hésitants à utiliser du cash depuis le début de la pandémie. C’est ce qui ressort d’une étude menée par le département de recherche économique d’ING, qui repose sur une enquête internationale[1] et sur l’analyse de quelque 20 millions de transactions effectuées en  Belgique entre début mars et fin août 2020. Néanmoins, l’argent liquide reste particulièrement populaire pour les petites dépenses, comme moyen de paiement dans l’économie informelle ou encore pour l’épargne.

Les sondages internationaux d’ING montrent que l’argent liquide fait lentement place à d’autres solutions telles que les paiements par carte et via mobile.

« Quelle que soit la catégorie de dépenses, il y a moins de Belges en 2020 qui indiquent utiliser du cash qu’il y en avait en 2017. Regardez par exemple les dépenses dans les restaurants : alors que 34 % des Belges utilisaient encore des espèces en 2017, seuls 19 % utilisent aujourd’hui ce moyen de paiement pour une visite au restaurant »
Charlotte  de Montpellier, économiste chez ING Belgique

 

L’argent liquide est confronté à la concurrence croissante de nouveaux moyens de paiement, qui sont en expansion constante grâce aux nouvelles technologies. 70% des Belges déclarent ainsi utiliser moins de cash depuis qu’ils peuvent payer sans contact. Au total, près de 6 personnes sur 10 (59 %) déclarent utiliser moins d’argent liquide en 2020 qu’il y a un an.

Un belge sur deux est plus hésitant à payer en cash depuis la crise du COVID_19

La fermeture des magasins physiques pendant le confinement, la distanciation sociale et la crainte que les billets de banque soient porteurs du virus a conduit à une forte diminution de l’usage du cash. Plus de la moitié des Belges (52 %) disent qu’ils sont plus hésitants à faire usage de cash depuis le début de la pandémie.

Une analyse des quelques 20 millions de transactions effectuées par les clients d’ING depuis le début du confinement mène au même constat.

« De début mars à fin août 2020, le retrait d’argent aux distributeurs diminué de 43% et le montant prélevé était 36 % moindre par rapport à la même période en 2019»
Charlotte de Montpellier, économiste chez ING Belgique.

Bien que moins marquée qu’en période de confinement strict, cette tendance était toujours très présente en août, malgré la réouverture complète des commerces et restaurants. Au cours du mois d’août, les consommateurs ont retiré 25 % de cash en moins qu’en 2019.

Mais le cash n’est pas encore mort

S’il est vrai que le cash est lentement détrôné comme moyen de paiement préféré, ce moyen de paiement est loin d’être en train de disparaitre. L’argent liquide reste notamment remarquablement populaire pour les petites dépenses alimentaires telles que le déjeuner, le goûter ou le café, comme argent de poche pour les enfants ou encore comme moyen de paiement pour un taxi.

Les billets de banque restent aussi un moyen de paiement privilégié dans l’économie souterraine ou informelle, grâce à leur caractère anonyme. Enfin, la place ocupée par le cash comme réserve de valeur n’est également pas négligable. La Banque centrale européenne (BCE)[2] estime que plus d’un tiers du total des billets en euros en circulation est utilisé comme réserve de valeur au sein de la zone euro.

« Si, avec l’avènement des nouvelles technologies, le cash pourrait, dans le futur, perdre son statut de roi des transactions, il reste bien ancré sur son trône pour les autres usages. Il est donc très peu probable que le monde post-Covid-19 soit sans cash »
Charlotte de Montpellier, économiste chez ING Belgique.

[1] L’ING International Survey (ISS) est une enquête internationale commanditée par ING sur le comportement des consommateurs dans 13 pays d’Europe, les Etats-Unis et l’Australie.

[2] https://www.ecb.europa.eu/pub/economic-bulletin/articles/2018/html/ecb.ebart201806_03.en.html

 

Contactez-nous
Renaud Dechamps ING Belgique
Renaud Dechamps ING Belgique

Follow ING on