Skip to Content

Love. Hate. Debate.

Start a conversation with the ING Collection

“This is not an exhibition. And you are not just a visitor.” C’est avec ces mots que sont accueillis les visiteurs de l’exposition Love. Hate. Debate. Start a conversation with the ING Collection présentée à l’ING Art Center jusqu' au 15 mars 2020. Et en effet, les quelque 60 pièces issues de la collection de la banque sont l’occasion de réfléchir à la relation très particulière que chacun peut avoir avec une œuvre d’art. Elles sont aussi une invitation à dépasser le cap des premières impressions et à s’engager dans une conversation avec l’œuvre, avec soi et avec le monde qui nous entoure.

Se trouver face à une œuvre, c’est avoir la possibilité de laisser une place au ressenti et permettre un questionnement. Ce sont ces dialogues invisibles entre l’œuvre, le spectateur et la société que Love. Hate. Debate. Start a Conversation with the ING Collection veut mettre en lumière. À travers diverses interrogations liées aussi bien à l’histoire qu’à l’individu, cette exposition est animée par un désir d’écoute, de partage et d’échanges. ING a la conviction que l’art a pour vocation d’être vécu ensemble et ne cherche pas uniquement à prendre la parole. Il s’agit tout autant de la donner, non seulement aux experts et aux passionnés, mais aussi au plus grand nombre.

C’est précisément ce message que véhicule la campagne de communication de l’exposition. Celle-ci est basée sur des commentaires parfois quelque peu décalés que l’on pourrait entendre de la part de quelqu’un qui serait confronté à une œuvre dont il ou elle ne perçoit pas immédiatement le sens ni la portée. Une  des ambitions de notre exposition est d’encourager les visiteurs à tenter d’aller plus loin dans leur réflexion sur les œuvres présentées et sur l’art en général.

La collection d’ING dévoilée au grand public

La volonté d’encourager le spectateur dans la découverte d’œuvres d’art animait déjà le baron Léon Lambert (1928-1987), banquier visionnaire et initiateur de la collection d’ING Belgique. Homme du monde, grand voyageur, il collectionna avec ferveur et ambition des œuvres souvent avant-gardistes.  Le siège de la Banque Lambert à l’avenue Marnix – commandé à l’architecte américain Gordon Bunshaft - fut d’ailleurs conçu pour devenir, au cœur de Bruxelles, le parfait écrin pour sa collection. 

La Collection d’ING Belgique actuelle est restée fidèle à l’esprit pionnier et novateur du baron et rassemble plus de 2000 œuvres provenant d’artistes aux origines multiples.  Au fil de l’ exposition, le grand public pourra découvrir une soixantaine d’œuvres de cette collection unique qui fut, il y a près de 60 ans, l’une des toutes premières collections d’entreprise. Quelques pièces issues de la collection du groupe ING y seront également présentées

 Love, Hate, Debate. rassemble des œuvres de différentes périodes allant des origines de la collection à aujourd’hui. Parmi celles-ci seront présentées des œuvres plus historiques des années 1960-70 d’artistes tels que Robert Rauschenberg, Beverly Pepper, Gilbert and George, Pieter Engels, Eduardo Paolozzi ou encore Marcel Broodthaers. S’ils sont aujourd’hui considérés comme des figures importantes de l’art contemporain, ils témoignent aussi de l’esprit avant-gardiste de l’époque. Leur travail sera mis en dialogue avec des œuvres monumentales des années 1990-2000 réalisées par des photographes tels que Thomas Ruff, Andreas Gursky, Craigie Horsfield, Gregory Crewdson, ou des artistes comme Daniel Buren, Allan McCollum, Antony Gormley ou Roni Horn.

 D’autres œuvres,  plus récentes, témoignent de l’évolution de notre société et de l’expression d’histoires personnelles ayant une portée universelle comme celles de Mona Hatoum, Christiane Baumgartner ou Itamar Gilboa, et de quelques jeunes artistes tels que Kristof Kintera, Pieterjan Ginckels, Ariane Loze ou encore Cadine Navarro. Toutes nous montrent comment la banque a interrogé la pertinence d’une collection au cours des différentes décennies.

Une œuvre conceptuelle : Collection Connection

L’exposition met également en lumière une commande passée auprès de l’artiste conceptuel Pierre Bismuth qui, à travers le projet Collection Connection (entamé en 2013), cherche à valoriser une collection au sein d’une entreprise par le jumelage aléatoire d'une œuvre et d'un employé, en contact quotidien avec les œuvres sans pour autant l’avoir choisi. Certains de leurs témoignages sont repris dans l’exposition, comme autant de ressentis et de réflexions suscitées par des œuvres que l’on a mises sur leur chemin. 

Rendre l’art accessible à tous

Parallèlement à Love. Hate. Debate., ING organise un programme qui propose d’autres manières d’aborder l’exposition, de sorte que chacun pourra la découvrir via l’angle qui lui parle le plus, même ceux qui ne se seraient pas spontanément dirigés vers l’art contemporain. Ce programme a été notamment élaboré avec la collaboration de nos partenaires culturels et sera organisé autour de quatre axes : concerts, conférences, workshops et visites familiales.  A titre d’exemple, des musiciens résidents de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth viendront à deux reprises donner en soirée un concert dans l’espace même de l’exposition. Parmi les moments à ne pas rater, signalons également les workshops de Cadine Navarro ou Floris Vanhoof. Enfin, notons qu’ING a voulu cette année mettre un accent tout particulier sur les familles en leur offrant une expérience sur mesure qui invite adultes et enfants à partager et à échanger leur perception et leur ressenti face aux œuvres. Elle emmène les plus jeunes jusque dans un espace qui leur est réservé et où les œuvres sont exposées à leur niveau. Ces visites sont proposées gratuitement chaque dimanche à 14h.

 La philosophie en matière d’art chez ING, de même que sa vision stratégique générale, a toujours été d’encourager l’innovation, l’audace et le changement ainsi que l’ouverture sur le monde extérieur. L’exposition Love. Hate. Debate. Start  a conversation with the ING Collection reflètera de manière innovante l’implication du groupe en matière artistique, son ancrage dans la société actuelle et sa volonté de contribuer à rendre l’art accessible à tous. L’entrée sera gratuite pour tous les clients ING.

 

Informations pratiques

 Du 23 octobre 2019 au 15 mars 2020.

ING Art Center – Mont des Arts - Place Royale 6 – 1000 Buxelles

Ouverture : Ouvert du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00, y compris les jours fériés, ainsi que les lundis 28/10/2019, 23/12/2019, 30/12/2019 et 24/02/2020. Nocturnes tous les mercredis jusqu’à 21h00

 Tarifs : entre 2 et 12€. Gratuit pour tous les clients ING, les jeunes de moins de 18 ans, pour les personnes moins valides et les demandeurs d’emploi, ainsi que pour les enseignants le mercredi.

Pour préparer ou accompagner votre visite, rendez-vous sur le site lovehatedebate.com qui fait office d’audio guide durant la visite via le smartphone ; il encourage également les visiteurs à donner leur avis sur les œuvres en mode « Tinder », ainsi qu’à le partager -s’ils le désirent- sur les réseaux sociaux.

 Plus d’informations sur ing.be/art

Programme Expo_FR.pdf 753 KB Love. Hate. Debate. PR FR.pdf 220 KB Histoire Collection Lambert_FR.pdf 2 MB Family_visits_Expo _ FR.pdf 416 KB

 

 

Verschelden Marie-Lise Media Relations

 

 

 

Follow ING on