Skip to Content

Les ports maritimes sont les acteurs majeurs d’une chaîne logistique durable et écologique

ING Belgique a mené, en collaboration avec l’Université d’Anvers, le VIL et l’Université Erasmus UPT (Urban, Port and Transport Economics) de Rotterdam sa septième étude sur le secteur de la logistique et du transport maritime. Alors que les regards se tournent vers les divers secteurs industriels pour connaître leur réponse aux enjeux climatiques et écologiques, le secteurs des ports maritimes est régulièrement questionné quant à son implication et à son rôle dans la « Green Supply Chain », la chaîne logistique durable. Ce sera le cœur de l’étude d’ING cette année. Après une analyse approfondie des actions menées par les ports maritimes et différents intervenants, l’étude 2019 énumère une série de recommandations essentielles à l’intention des entreprises appartenant à la chaîne logistique portuaire mais aussi à l’intention du politique pour évoluer plus loin encore en matière de développement durable dans ce secteur.

ING a opté cette année pour une analyse approfondie de ce thème d’actualité polémique et a fait appel à des experts de pointe en Belgique et aux Pays-Bas.En effet, avec l’intensification des préoccupations à l’égard du réchauffement climatique, avec les enjeux écologiques et environnementaux qui se reflètent dans l’actualité et avec les  agendas politiques qui en font leur priorité, le développement durable se trouve au cœur des priorités des entreprises et des industries. Il est donc aussi inévitable dans les chaînes d’approvisionnement et en particulier dans celles des ports maritimes qui génèrent une série d’effets indéniables sur leur environnement direct et indirect.

« ING maîtrise particulièrement bien le secteur du transport et de la logistique. Il nous paraissait essentiel de connaître les mesures prises en matière d’environnement dans ce domaine. En particulier sachant aussi à quel point le « Green Supply Chain Management » constitue un avantage concurrentiel majeur qui apporte avec lui des éléments de différenciation pour les entreprise : réduction des coûts, augmentation des revenus, impacts positifs sur la marque et la réputation,… Ce thème particulier était l’occasion de renforcer notre expertise et investir plus loin encore dans la connaissance et le partage d’information pour nos clients et partenaires», déclarent Bram Debruyne, Sector Head Transport, Logistics & Automotive Belgium et Yves Goddefroy, Business Desk Manager Antwerpen-Haven.

L’étude menée avec la collaboration du Professeur Theo Notteboom (Universiteit Antwerpen), le Docteur Larissa van der Lugt et Niels van Saasse tous deux de l’Erasmus Centre for Urban, Port and Transport Economics, Kris Neyens et Steve Sel du VIL, auprès de 650 entreprises actives dans la chaîne logistique des ports maritimes de la zone du Delta du Rhin et de l’Escaut a mis en avant une série de préoccupations du secteur en matière de réduction de l’empreinte écologique et ce pour toute la chaine d’approvisionnement. Or, les entreprises actives dans le secteur n’ont pas attendu pour prendre des mesures pour limiter leurs impacts sur l’environnement.

Lisez plus de détails dans le communiqué de presse en annexe et l'étude (en Anglais).

CDP | GSC Ports région du delta du Rhin et de l’Escaut PR GSC Rhine-Scheldt Delta Seaports_FR.pdf - 131 KB Study | GSC Rhine-Scheldt Delta Seaports Study Green Supply Chains Rhine-Scheldt Delta Seaports.pdf - 20 MB
Press Office ING Belgium

 

Follow ING on