LE CLIMAT ECONOMIQUE ET POLITIQUE PESE SUR LES INTENTIONS DES BELGES POUR LES SOLDES D’ETE

Le contexte économique et politique pèse sur les intentions des Belges pour les soldes d'été.

Vendredi 1 juillet 2016 —

Budget | Le comportement des belges en ce qui concerne l’achat des vêtements et
de chaussures


5 informations :

1. Quatre Belges sur dix achètent la majorité de leurs vêtements et chaussures durant les soldes ou profitent des promotions

Vendredi 1er juillet sonnera le début des soldes d’été. Pour beaucoup de Belges, il s’agira du top départ de la chasse aux bonnes affaires. Une enquête (1) ING a démontré que 42 % des personnes sondées achetaient la plus grande partie de leurs vêtements et chaussures pendant les soldes ou lorsqu’elles pouvaient bénéficier d’une promotion. Il semblerait que les hommes ont moins tendance à planifier leurs achats en fonction des soldes et promotions : 62 % d’entre eux (contre 55 % de femmes) expliquent qu’ils s’offrent leurs vêtements et chaussures lorsqu’ils en ont besoin, quelle que soit la période de l’année. Les 18-24 ans attendent également moins les soldes et les promotions.

2. La plupart des Belges ne dépensent pas plus de 1000 euros par an en vêtements et chaussures
Sept Belges sur dix déclarent consacrer moins de 1000 euros par an pour s’acheter des vêtements et des chaussures, deux sur dix disent dépenser entre 1000 et 2000 euros. À peine 3 % des personnes interrogées déboursent plus de 3000 euros par an pour garnir leur garde-robe. Les hommes sont un peu plus nombreux que les femmes à dépenser moins de 1000 euros et les femmes sont un peu plus nombreuses que les hommes à consacrer entre 1000 et 2000 euros aux vêtements et chaussures. Les trois quarts des 55 ans et plus et près de huit Wallons sur dix ne disposent pas de plus de 1000 euros par an pour s’acheter de nouvelles choses.

3. Le shopping avec un budget défini à l’avance est très populaire
La plupart des Belges (60 %) déterminent un montant maximal à ne pas dépasser lors des achats de vêtements et chaussures. Généralement, la moitié d’entre eux ont toujours de l’argent à la fin de leur virée shopping, 11 % avouent souvent dépasser leur budget. Les Flamands (56 %) sont moins habitués que les Bruxellois (73 %) et les Wallons (64 %) à se fixer une somme maximale lorsqu’ils vont faire leurs emplettes. L’enquête révèle également que les personnes adeptes des transactions bancaires mobiles tendent davantage à définir un budget avant de faire du shopping que celles qui ne pratiquent pas la banque mobile (64 % contre 58 %).

4. Une personne sur trois se tourne de temps en temps vers des habits de seconde main
L’acquisition d’habits de seconde main peut également constituer un moyen de se fixer des limites : 13 % des personnes interrogées ont indiqué fréquenter régulièrement les boutiques de seconde main ou racheter des articles à leurs amis. 19 % expliquent qu’ils n’agissaient pas de la sorte auparavant. Un peu moins de six personnes sur dix n’achètent jamais de vêtements de seconde main et n’ont pas l’intention de s’y mettre dans les années à venir. Plus les groupes d’âge sont élevés, moins le shopping de deuxième main a le vent en poupe. Les femmes sont plus enclines à s’offrir des articles de seconde main que les hommes : 40 % des femmes déclarent dépenser rarement ou régulièrement de l’argent pour ce type de vêtement, contre 24 % d’hommes.

5. Trouver chaussure à son pied... : les femmes possèdent en moyenne près de 14 paires de chaussures
Pour finir, l’enquête nous donne un aperçu de l’armoire à chaussures des Belges. Il semblerait que les personnes questionnées possèdent en moyenne dix paires de chaussures. Mais cette statistique cache de grandes différences : les hommes ont un peu plus de six paires alors que les femmes en portent généralement près de 14 différentes. Environ six femmes sur dix affirment détenir plus de dix paires de chaussures alors que seuls deux hommes sur dix en possèdent autant.

Budget | participation assez faible


Le début des soldes d’été laissent les commerçants espérer un retour à la normale. Cependant, selon un Economic.Polls@ING (2) (réalisé en marge du sondage IPSOS), seulement 6,3% des répondants en Belgique prévoient de dépenser plus que l’année passée lors des soldes d’été. Ils étaient près de 11% lors des soldes d’hiver. A l’opposé, 55,6% des répondants ne prévoient aucune dépense supplémentaire. Finalement 38% des répondants prévoient même de bouder les soldes d’été cette année.

Parmi les raisons explicatives de cette baisse d’engouement, en première ligne viennent le contexte économique incertain ainsi que le contexte sécuritaire des grandes villes qui ne risquent pas de pousser les consommateurs dans le dos. Viennent désormais s’ajouter à cela les récents évènements politiques qui mettent à risque le projet européen. Ceux-ci ne sont malheureusement pas de nature à réveiller le consommateur belge.


1. Cette enquête a été menée par l’institut de sondage IPSOS, à la demande d’ING, du 18 mars au 6 avril 2016, auprès de 1005 Belges.
2.  Disclaimer  Economic.Poll@ING est une question posée chaque semaine sur la page de logout d'ING Home'Bank. Les questions commentées ici ont été posées entre le 20 juin et le 26 juin 2016 (6024 personnes interrogées). La représentativité de cet échantillon n’est pas garantie.

---
Pour plus d'informations:
Service Presse d'ING Belgique, 02 547 24 84, pressoffice@ing.be

Follow ING on