Damage from a rolling stone

Les conséquences d’un Brexit pour l’Europe.

Mercredi 6 avril 2016 —

Les conséquences d’un Brexit pour l’Europe

Le référendum au Royaume Uni sur l’adhésion à l’Union Européenne ainsi que les risques potentiels d’un Brexit ont déjà entrainé des hauts et bas sur les marchés financiers. Si le Royaume-Uni devait voter en faveur du Brexit, l’amplification de ces mouvements est pratiquement assurés et ceci aurait un impact négatif sur l’économie britannique.

Dans ce contexte, l’économie européenne ne serait certainement pas épargnée. Selon nos prévisions, le Brexit pourrait entrainer une perte cumulée de 0,3% au niveau du PIB de la zone euro d’ici la fin de l’année 2017. L’étendue des dégâts dépendra néanmoins fortement de l’impact politique, qui pourrait jouer le rôle d’amplificateur. Le risque d’une plus grande fragmentation est élevé, ce qui suggère que les dégâts pourraient être plus importants et durer plus longtemps. On ne peut ainsi pas exclure la possibilité que le Brexit pourrait donner une impulsion dramatique au processus d’intégration européenne et aux réformes entreprises. Une chose est sûre : le génie a déjà quitté la bouteille, le processus a été lancé et laissera vraisemblablement des traces.

Dans l’étude « Damage from a rolling stone », les implications politiques et économiques du référendum britannique ont été analysées en se focalisant sur le reste de l’Europe et en particulier sur la zone euro. Les principaux résultats sont les suivants:

  • En acceptant un « accord », le reste de l’Europe s’est rendu vulnérable à une résurgence d’autres demandes ou exigences de traitement spécial en provenance d’autres pays ou régions. Il est clair que l’Union Européenne et la zone euro sont actuellement à la croisée de chemins différents. Certains favorisent une intégration plus marquée, d’autres préfèreraient choisir la voie de la désintégration. La solution consistant à « passer à travers » semble montrer ses limites. Le Brexit pourrait donc devenir soit un catalyseur, soit un accélérateur pour l’une des deux directions.
  • Dans le scénario du Brexit, le reste de l’Europe passerait par une période de turbulences financières et politiques. Les dirigeants européens devraient dès lors passer encore plus de temps à essayer de contenir les mouvements séparatistes et populistes et ainsi éviter d’animer davantage de forces centrifuges.
  • Alors qu’il reste compliqué de quantifier l’impact politique dans le cadre du scénario du Brexit, il semble certain que l’Europe entrera dans une période d’agitation sur les marchés financiers. Ceci entrainera indubitablement des dommages collatéraux au niveau des investissements étrangers (FDIs), du commerce international et du secteur bancaire. Dans le cas d’un divorce à l’amiable, l’économie de la zone euro pourrait endurer une perte cumulée de 0,3% du PIB d’ici la fin de l’année 2017. L’Irlande, Malte et les Pays-Bas seraient parmi les pays les plus affectés. Toutefois, des scénarios plus pessimistes et un impact plus fort et plus long sur le PIB ne sont pas difficiles à envisager.  

Veuillez trouver ici le lien vers l'étude complète (en anglais)

---
Pour plus d'information:
Service Presse d'ING Belgique, 02 547 24 84, pressoffice@ing.be
Peter Vanden Houte, Economist, +32 2 547 80 09, peter.vandenhoute@ing.be

ca003ba3fde17f7ced9a56caca86468d

Follow ING on