CityLife, Qustomer et Het Opzet fusionnent et deviennent joyn

CityLife, Qustomer et Het Opzet, trois leaders du marché belge des plateformes de fidélité, regroupent leurs diverses applications de paiement et de cartes de fidélité pour former joyn. Grâce à cette fusion, joyn se hisse à la première place des programmes de fidélité digitales et devient la première plateforme de marketing dédiée aux consommateurs et aux commerçants.

Jeudi 29 septembre 2016 —

COMMUNIQUE DE PRESSE
Bruxelles, le 29 septembre 2016

Joyn, le réseau d’un million d’utilisateurs belges capable de rendre les villes plus intelligentes

CityLife, Qustomer et Het Opzet, trois leaders du marché belge des plateformes de fidélité, regroupent leurs diverses applications de paiement et de cartes de fidélité pour former joyn. Grâce à cette fusion, joyn se hisse à la première place des programmes de fidélité digitales et devient la première plateforme de marketing dédiée aux consommateurs et aux commerçants. Joyn rapproche 1,4 million d'utilisateurs de pas moins de 4 000 commerçants. L'ambition première est de construire un réseau de villes intelligentes et de propulser la Belgique au sommet mondial. Pour y parvenir, joyn veut et doit combiner ses efforts avec différents partenaires, villes et communes.

Comment fonctionne joyn ?

Grâce à joyn, vous n'avez plus besoin de disposer de dix cartes de fidélité différentes pour la boulangerie, le coiffeur et les boutiques vestimentaires locales. Joyn regroupe toutes les cartes de fidélité des commerçants locaux par le biais d'une carte client unique et d'une application smartphone. L'utilisateur bénéficie ainsi d'un réseau gigantesque de commerçants et d'avantages à sa disposition. 

Joyn offre aussi une multitude de possibilités aux commerçants belges, qui rencontrent des difficultés face à l'essor de l'e-commerce. En tant que première plateforme de marketing pour les commerçants en Belgique, joyn leur permet d'entrer en contact avec 1,4 million de consommateurs, mais aussi de rester étroitement liés à leurs clients via un service d'e-mailing. Qui plus est, joyn intègre également la fonctionnalité de paiement Payconiq, qui permet de payer avec votre smartphone. Via ce moyen de paiement, les commerçants ont automatiquement accès aux informations pertinentes sur leurs clients. Grâce au baromètre du commerçant joyn, ils peuvent aussi comparer leurs résultats, entre autres par rapport à la concurrence.

" En créant une plateforme commune, nous apportons notre soutien aux commerçants belges ", explique Frank Bekkers, CEO de joyn. " Mais ce n'est que le début. Notre réseau est actuellement un laboratoire de recherche comptant 1,4 million d'utilisateurs. Et il nous permet d'en faire beaucoup plus, notre ambition étant de renforcer les villes et les régions. "

Des villes plus intelligentes

Le réseau créé par joyn est très profitable et intéressant pour le milieu urbain. Les villes sont de plus en plus vastes et se complexifient. À cet égard, joyn entend les mettre étroitement en contact avec leurs résidents ou leurs visiteurs. À l'avenir, un utilisateur pourra par exemple payer un parking ou une séance de natation via l'application.

L'administration d'une ville en tire, elle aussi, parti : pour conserver l'aspect dynamique et attractif d'une ville, il faut investir tant dans les " bricks " que dans les " clicks " (les points de vente physiques et la présence en ligne). Grâce à son réseau et son outil de communication, joyn permet notamment aux villes de mettre en lumière leurs jours d'ouverture dominicale et de se faire une idée de l'impact de la politique menée.

L'ambition de joyn ne peut pas s'accomplir avec une seule entreprise.  Joyn entend donc devenir le partenaire par excellence des tierces parties et a déjà instauré, en marge de sa collaboration avec les investisseurs KBC, ING et Mediahuis, une multitude de partenariats, notamment avec Bakkersonline.be et DOOHapps.

"Le terme “joyn” parle de lui-même : la collaboration entre divers partenaires, entreprises et villes. Aujourd'hui, 15 entreprises collaborent déjà sous l'étendard joyn, mais nous lançons un appel pour réunir encore plus de forces vives ", précise Frank Bekkers, CEO de joyn. " Les villes intelligentes sont des villes qui s'associent à d'autres villes, entreprises et utilisateurs."

"Nous désirons, avant tout, devenir un interlocuteur des villes afin de les rendre plus intelligentes via notre réseau ", explique Maarten Decramer, responsable des services urbains de joyn. " Et nous nous y affairons déjà. Nous organisons différents ateliers dans et avec les villes. Nous prévoyons bientôt un roadshow à travers tout le pays. Cette initiative vise à aggrandir notre réseau de 19 villes à une centaine en Belgique et à conquérir le reste de l'Europe ensuite."

Villes intelligentes : création d'une chaire universitaire
On ne fera jamais assez écho à l'importance des villes intelligentes. En ce sens, joyn et le professeur Pieter Ballon de l'Université libre de Bruxelles ont mis en place une chaire universitaire. Il s'agit de la première chaire académique relative aux villes intelligentes, créée pour étudier leur plus-value socioéconomique et pour partager les nouvelles connaissances acquises en la matière au cours d'une série de masterclasses à l'attention des villes et des entreprises.

CityLife, Qustomer et Het Opzet, trois leaders du marché belge des plateformes de fidélité, regroupent leurs diverses applications de paiement et de cartes de fidélité pour former joyn. Grâce à cette fusion, joyn se hisse à la première place des programmes de fidélité digitales et devient la première plateforme de marketing dédiée aux consommateurs et aux commerçants. Joyn rapproche 1,4 million d'utilisateurs de pas moins de 4 000 commerçants. L'ambition première est de construire un réseau de villes intelligentes et de propulser la Belgique au sommet mondial. Pour y parvenir, joyn veut et doit combiner ses efforts avec différents partenaires, villes et communes.

Comment fonctionne joyn ?

Grâce à joyn, vous n'avez plus besoin de disposer de dix cartes de fidélité différentes pour la boulangerie, le coiffeur et les boutiques vestimentaires locales. Joyn regroupe toutes les cartes de fidélité des commerçants locaux par le biais d'une carte client unique et d'une application smartphone. L'utilisateur bénéficie ainsi d'un réseau gigantesque de commerçants et d'avantages à sa disposition. 

Joyn offre aussi une multitude de possibilités aux commerçants belges, qui rencontrent des difficultés face à l'essor de l'e-commerce. En tant que première plateforme de marketing pour les commerçants en Belgique, joyn leur permet d'entrer en contact avec 1,4 million de consommateurs, mais aussi de rester étroitement liés à leurs clients via un service d'e-mailing. Qui plus est, joyn intègre également la fonctionnalité de paiement Payconiq, qui permet de payer avec votre smartphone. Via ce moyen de paiement, les commerçants ont automatiquement accès aux informations pertinentes sur leurs clients. Grâce au baromètre du commerçant joyn, ils peuvent aussi comparer leurs résultats, entre autres par rapport à la concurrence.

" En créant une plateforme commune, nous apportons notre soutien aux commerçants belges ", explique Frank Bekkers, CEO de joyn. " Mais ce n'est que le début. Notre réseau est actuellement un laboratoire de recherche comptant 1,4 million d'utilisateurs. Et il nous permet d'en faire beaucoup plus, notre ambition étant de renforcer les villes et les régions. "

Des villes plus intelligentes

Le réseau créé par joyn est très profitable et intéressant pour le milieu urbain. Les villes sont de plus en plus vastes et se complexifient. À cet égard, joyn entend les mettre étroitement en contact avec leurs résidents ou leurs visiteurs. À l'avenir, un utilisateur pourra par exemple payer un parking ou une séance de natation via l'application.

"Nous souhaitons d’abord investir en Belgique, puis dans le reste de l’Europe." – Frank Bekkers, CEO de joyn

L'administration d'une ville en tire, elle aussi, parti : pour conserver l'aspect dynamique et attractif d'une ville, il faut investir tant dans les " bricks " que dans les " clicks " (les points de vente physiques et la présence en ligne). Grâce à son réseau et son outil de communication, joyn permet notamment aux villes de mettre en lumière leurs jours d'ouverture dominicale et de se faire une idée de l'impact de la politique menée.

L'ambition de joyn ne peut pas s'accomplir avec une seule entreprise.  Joyn entend donc devenir le partenaire par excellence des tierces parties et a déjà instauré, en marge de sa collaboration avec les investisseurs KBC, ING et Mediahuis, une multitude de partenariats, notamment avec Bakkersonline.be et DOOHapps.

"Le terme “joyn” parle de lui-même : la collaboration entre divers partenaires, entreprises et villes. Aujourd'hui, 15 entreprises collaborent déjà sous l'étendard joyn, mais nous lançons un appel pour réunir encore plus de forces vives ", précise Frank Bekkers, CEO de joyn. " Les villes intelligentes sont des villes qui s'associent à d'autres villes, entreprises et utilisateurs."

"Nous désirons, avant tout, devenir un interlocuteur des villes afin de les rendre plus intelligentes via notre réseau ", explique Maarten Decramer, responsable des services urbains de joyn. " Et nous nous y affairons déjà. Nous organisons différents ateliers dans et avec les villes. Nous prévoyons bientôt un roadshow à travers tout le pays. Cette initiative vise à aggrandir notre réseau de 19 villes à une centaine en Belgique et à conquérir le reste de l'Europe ensuite."

Villes intelligentes : création d'une chaire universitaire


On ne fera jamais assez écho à l'importance des villes intelligentes. En ce sens, joyn et le professeur Pieter Ballon de l'Université libre de Bruxelles ont mis en place une chaire universitaire. Il s'agit de la première chaire académique relative aux villes intelligentes, créée pour étudier leur plus-value socioéconomique et pour partager les nouvelles connaissances acquises en la matière au cours d'une série de masterclasses à l'attention des villes et des entreprises.

***



Follow ING on