Skip to Content
Baromètre ING des investisseurs : Investir pour consommer moins d’énergie n’est pas une priorité pour les plus de 55 ans

Baromètre ING des investisseurs : Investir pour consommer moins d’énergie n’est pas une priorité pour les plus de 55 ans

Vendredi 13 mai 2022 - Bruxelles - Malgré la flambée des prix de l’énergie, investir dans les technologies qui permettent des économies ne séduit pas la tranche la plus âgée de la population. Par contre une grande majorité des investisseurs belges maintiennent leur confiance dans l’immobilier. Plus de huit personnes sur dix estiment en effet qu’il est très important de posséder son propre logement et près de 60 % d'entre eux pensent que l'achat d'un logement pour le louer est un excellent investissement. Telles sont quelques unes des tendances mesurées en avril par le sondage mensuel d’ING auprès des investisseurs belges. Le baromètre ING note également un regain de confiance par rapport au mois de mars, les investisseurs les plus actifs sont à nouveau prêts à prendre plus de risques, cependant le baromètre reste bien en dessous de son niveau neutre.

Story image

Après la forte baisse enregistrée en mars, le baromètre ING des investisseurs a regagné du terrain en avril. À 88 points, le baromètre se rapproche du niveau de février, mais il reste bien en deçà du niveau neutre de 100 points. Le choc initial de l'invasion de l'Ukraine par la Russie semble avoir été digéré et les investisseurs sont devenus légèrement moins pessimistes quant à l'évolution de l'économie. Néanmoins, l'ambiance reste toujours morose. Ainsi, 20 % des investisseurs ont constaté une amélioration de l'économie au cours des derniers mois (15 % en mars), tandis que 55 % ont constaté un ralentissement de l'économie (65 % en mars). Les perspectives économiques s'améliorent légèrement, mais restent négatives : 25 % des répondants voient une amélioration dans les mois à venir, alors que 43 % craignent toujours un nouvel affaiblissement.

Le climat économique est nettement meilleur chez les investisseurs francophones que chez les investisseurs néerlandophones. Par exemple, 30 % des investisseurs francophones voient de la lumière au bout du tunnel, alors qu’ils sont seulement 22 % chez les investisseurs néerlandophones.

Ce n'est pas nécessairement un indicateur positif car depuis le lancement du Baromètre des investisseurs en 2004, nous avons observé que les francophones étaient généralement moins positifs sur la situation économique que les néerlandophones. Ce n'est qu'en période de récession ou de chocs importants sur les marchés financiers que les néerlandophones se sont montrés plus pessimistes.Peter Vanden Houte, économiste en chef d'ING Belgique
Story image

Près de six investisseurs sur dix pensent que les prix de l'immobilier ne baissent jamais
Il est bien connu que les Belges aiment l'immobilier. Par exemple, 82 % des investisseurs déclarent que posséder leur propre maison est important. Bien que 32 % des répondants soient d'accord avec l'affirmation selon laquelle la location offre plus de flexibilité que l'achat (46 % ne sont pas d'accord), 62 % des répondants pensent qu'il est préférable d'acheter un logement plutôt que de le louer. Seuls 5 % ne sont pas d'accord. En outre, six Belges qui investissent sur dix (59 %) pensent que les prix des logements ne peuvent jamais baisser. Cette conviction est légèrement plus ancrée dans le Sud (64 %) que dans le Nord du pays (55 %). Seul un cinquième des personnes interrogées (20 %) pense que les prix de l'immobilier peuvent baisser et les autres n'ont pas de réelle conviction à cet égard.

Au début de cette année, les résultats du baromètre des investisseurs montraient que les Belges considèrent l'immobilier comme le meilleur investissement pour 2022. Ils semblent toujours en être convaincus car plus de la moitié (59 %) des investisseurs estiment que l'achat d’un deuxième bien immobilier pour le mettre en location est un excellent investissement. Cette tendance se marque davantage chez les francophones (68 %) que les néerlandophones (53 %).

Investir pour consommer moins d’énergie n’est pas une priorité pour les plus de 55 ans
Le coût élevé de l'énergie est un sujet qui préoccupe de nombreux Belges. Parmi les investisseurs belges qui sont propriétaires de leur logement, près de la moitié (45 %) disposent de panneaux solaires, tandis que 24 % ont une pompe à chaleur. Il est intéressant de noter que ces technologies sont plus représentées parmi la partie la plus jeune de la population. Et parmi ceux qui n'ont pas encore de panneaux solaires ou de pompe à chaleur, il semble également que ce soit les plus jeunes qui soient les plus disposée à investir dans ces équipements. Plus de la moitié des moins de 55 ans qui ne possèdent pas encore de panneaux solaires prévoient d’en installer dans les deux prochaines années. Pour les plus de 55 ans, ce pourcentage tombe bien en-dessous de 30 %. Il convient également de noter que, au sein de cette catégorie d'âge, davantage de personnes estiment que leur maison est suffisamment isolée et elles ne prévoient donc pas d'isoler davantage.

Peut-être les gens pensent-ils à tort que leur maison est déjà suffisamment isolée. Ils ne voient donc pas l'intérêt d’investir pour économiser l'énergie. Pourtant, la Belgique est l'un des pays européen où les logements consomment le plus d'énergie. Il serait étrange que ce ne soit pas également le cas pour la partie la plus âgée de la population.
Peter Vanden Houte

Près d’un investisseur sur trois à nouveau disposé à prendre plus de risques
Même si nous sommes encore loin d'un climat boursier euphorique, les perspectives boursières sont devenues légèrement moins pessimistes. Désormais, 28 % des investisseurs voient les prix des actions remonter au cours des trois prochains mois (contre 19 % en mars), mais 38 % des personnes interrogées craignent toujours que le marché boursier ne se dégrade (contre 58 % en mars). Dans cet environnement, l'appétit pour la prise de risque est à nouveau en hausse chez certains Belges. Par exemple, 30 % des investisseurs disent que c'est le bon moment pour investir dans des secteurs à risque. Un pourcentage à peu près équivalent (31 %) n’en voit, en revanche, pas l'intérêt. Fait remarquable, la balance des attentes des Belges en termes de rendement penche à nouveau légèrement du côté positif. Il y a davantage d’investisseurs (31 %) qui pensent que le rendement de leurs investissements va augmenter au cours des trois prochains mois que ceux qui craignent une baisse (29 %). Cet état d’esprit se marque en particulier chez les investisseurs très actifs, qui déclarent réaliser plus de 10 transactions par an. Ils sont 52 % à penser que le rendement de leur portefeuille va augmenter (52 %).

ll semble que l'environnement volatile actuel attire les chasseurs de bonnes affaires, qui tentent de profiter des baisses temporaires pour réaliser un beau retour sur investissement.
Peter Vanden Houte

### Fin du communiqué de presse ###

À propos du Baromètre des investisseurs
Le Baromètre des investisseurs mesure chaque mois la confiance des investisseurs particuliers belges. En d'autres termes, il exprime le « sentiment des investisseurs ». Cette enquête, menée par Kantar, est une initiative d’ING en collaboration avec l’Université de Gand. L’enquête se fait en ligne.

À propos d'ING
ING Belgique est une banque universelle qui fournit des services financiers aux particuliers, aux entreprises et aux clients institutionnels. ING Belgique S.A./N.V. est une filiale du Groupe ING N.V. via ING Bank N.V. (www.ing.com).

​ING est une institution financière internationale solidement ancrée en Europe qui propose des services bancaires par l’intermédiaire de sa filiale d’exploitation ING Bank. ING Bank entend aider ses clients à conserver une longueur d’avance dans la vie et dans les affaires. Le personnel d’ING, qui compte plus de 57 000 employés, propose des services bancaires pour particuliers et entreprises aux clients de la banque répartis dans plus de 40 pays.

​Le Groupe ING est coté aux Bourses d’Amsterdam (INGA NA, INGA.AS), de Bruxelles et de New York (ADR’s : ING US, ING.N).

​La durabilité fait partie intégrante de la stratégie d'ING, comme en témoigne la position de leader d'ING dans les indices de référence sectoriels de Sustainalytics et MSCI, ainsi que notre classement sur la « liste A » du CDP. Les actions du Groupe ING sont incluses dans les principaux produits d'indices de durabilité et d'indices environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) des principaux fournisseurs tels que STOXX, Morningstar et FTSE Russell. En janvier 2021, ING a obtenu un score de 83 ("fort") à l’évaluation ESG de la part de S&P Global Ratings.

Haut de page