75% des Belges sont satisfaits de leur (très chère) habitation

ING Focus - Belgian Real Estate 2016/2

Jeudi 1 septembre 2016 —

Une enquête internationale menée par ING dans une quinzaine de pays dont la Belgique sur les rapports que les Belges entretiennent avec leur habitation montre que :

  1. Trois Belges sur quatre sont heureux ou très heureux de leur logement. Les belges de 35-44 ans sont les moins satisfaits, mais en dehors des temps de trajet et de l’efficacité énergétique, les Belges sont en général heureux de « leur chez soi » ;
  2. Il n’en reste pas moins que plus d’un Belge sur trois aimerait pouvoir déménager, mais ne peut pas à cause du niveau des prix, qui selon les sondés ne risque pas de baisser ;
  3. Un Belge sur cinq pense que la baisse des taux d’intérêt a poussé les prix à la hausse et deux Belges sur trois pensent que cette hausse des prix va se poursuivre ;
  4. Les Belges sont moins qu’avant à déclarer des difficultés à payer leur prêt ou leur loyer, mais plus d’un Belge sur trois estime que le niveau des prix est un obstacle pour obtenir un meilleur logement (ce qui peut avoir des conséquences pratiques sur leur vie sociale) ;
  5. Les jeunes Belges sont plus en faveur de recevoir un coup de pouce de leurs aînés, mais ceux-ci ne sont pas toujours de cet avis. La Belgique n’est pas le pays où cela semble se faire le plus ;
  6. Acheter un logement suppose des sacrifices, tant avant l’achat, qu’au moment de passer à l’acte.

L’étude internationale est disponible en anglais sur le site ezonomics et reprend les résultats de l’enquête pour différents pays, dont la Belgique.

Parallèlement, une analyse des statistiques récemment publiées par le SPF Economie montre que les prix de l’immobilier ont été poussés à la hausse par la forte baisse des taux d’intérêt en 2015 et ont cru d’environ 5%, un chiffre supérieur aux attentes. Certains bien, comme les maisons à Bruxelles ont vu des hausses encore supérieures. Par ailleurs, avec la stabilisation des taux d’intérêt, cette tendance semble diminuer fortement en 2016, où nous attendons une hausse des prix positive, mais inférieure de moitié à celle de 2015, sauf pour les appartements en Wallonie et à Bruxelles dont l’évolution en 2015 a été très en-deçà des attentes.

___
Pour plus d’informations :
Julien Manceaux, Senior Economist, + 32 2 547 33 50, Julien.Manceaux@ing.be

Follow ING on